Corée du Nord: Mais pourquoi tant de haine?

La Corée du Nord fait la première page des journaux depuis plusieurs semaines. Elle est dans une phase de haute tension et d’escalade de menaces depuis un essai nucléaire mené sur sont territoire en février de cette année. Ces périodes de tension font partie intégrante de sa présence diplomatique, mais ne sont pas pour autant à prendre à la légère vu ses capacités militaires (en particulier avec ses missiles nucléaires).
Tentons de décrypter la Corée du Nord, un des pays les plus fermés au monde.

La Corée du Nord: Quelques faits à retenir pour les enfants

  • Création: 9 septembre 1948.
  • Nom officiel: République Populaire Démocratique de Corée (RPDC).
  • Régime politique: Dictature. Qui plus est, le pouvoir a aussi été passé de père en fils depuis 3 générations.
  • Pourquoi tant d’agressivité? La Corée du Nord est en état de guerre larvée contre la Corée du Sud. Les deux pays se partagent la péninsule coréenne depuis les lendemains de la Seconde Guerre mondiale. La Corée du Nord a déjà déclenché en 1950 contre son voisin du sud une guerre qui a duré 3 ans et fait environ 3 millions de morts. Depuis, la Corée du Nord joue à une guerre des nerfs en maintenant une tension permanente bien que inégale. Il arrive même que le régime fasse croire à la volonté d’une solution pacifique pour réunifier la Corée. Quelle issue cette tension va-t-elle avoir?

 Découverte approfondie pour les plus grands

Depuis quand la Corée du Nord existe-t-elle?

C’est un état très récent qui existe seulement depuis le 9 septembre 1948.

En fait, il n’y a pas de pays qui s’appelle officiellement Corée du Nord. Le nom officiel a d’abord été République Populaire de Corée. Quelques mois plus tard, le pays a été dénommé République Populaire Démocratique de Corée (RPDC).

Ironiquement, il a semblé important au régime de rajouter l’adjectif “démocratique”. démocratique veut dire “choisit par le peuple” alors que en Corée du Nord, le peuple n’a fondalement pas le choix. C’est en fait la dictature  d’un parti unique. Une dictature est un régime dans lequel tous les pouvoirs sont dans les mains de la même personne ou d’un groupe restreint de personnes. On peut aussi appeler cela un état totalitaire: la totalité des pouvoirs est détenue par une poignée de personnes non élues, ou “faussement” élues — ce que j’appelle une “fausse” élection ici est une élection où les électeurs n’ont pas vraiment le choix.

Pourquoi Corée du Nord?

Si on parle du nord, c’est sûrement qu’il y a un sud, n’est-ce pas? En effet, les gens parlent de Corée du Nord parce qu’il y a une Corée du Sud (et vice-versa…). C’est-à-dire, même idée que pour la Corée du Nord: la Corée du Sud est le nom familier d’un pays qui s’appelle officiellement la République de Corée. Au nord et au sud de quoi? Du 38ème parallèle qui partage la péninsule coréenne.

Et ce n’est pas innocent que les deux pays ne fassent nullement mention du sud et du nord dans le nom de leur pays. Chaque pays ne reconnaît pas l’autre et se positionne comme l’unique Corée légitime.

Les Kim au pouvoir de père en fils: Pas trop gangnam style

“gangnam style” vient de la Corée du Sud. Au nord, on se marre carrément moins. Ceux qui rigolent le plus sont les observateurs extérieurs qui peuvent se permettre de tourner en dérision les dirigeants successifs depuis la fin de la deuxième guerre mondiale: les 3 Kim qui se passent le pouvoir de père en fils.

1945-1994: Kim Il-Sung (Installé au pouvoir par Moscou. Dans la période 1945-48, avant que la République Populaire Démocratique de Corée n’existe officiellement, il sera à la tête du Parti Communiste puis Parti des Travailleurs en Corée du Nord).

1994-2011: Kim Jong-Il

2011-…: Kim Jong-Un

Quelques photos des Kim (source: Le Monde)

Les moyens de propagande grossière et vieillotte associés à des dictateurs aux visages peu engageants se prêtent parfaitement aux caricatures et moqueries:

Campagne Kim Jong-Il looking at things

Vidéo de militaires sur-enthousiastes à la venue de leur vénéré maître Kim Jong-Un

Malheureusement, dans les faits, la politique humaine désastreuse des Kim ne prête pas trop à rire car on peut sûrement dénombrer à plus d’un million (et peut-être même au-delà de 2 millions) les victimes de famines et malnutrition chronique (en particulier la famine de 1994-97).

Guerre de Corée: Trois ans pour environ 3 millions de morts et retour au parallèle de départ

A la fin de la Seconde Guerre mondiale, ce ne sont pas exactement les lendemains qui chantent pour la Corée.

Sous la coupe de l’Union Soviétique au nord du 38ème parallèle et des Etats Unis au sud, la Corée est prise dans l’engrenage de la guerre froide (guerre non-ouverte entre les USA et l’URSS après la Seconde Guerre mondiale qui entraîna de multiples guerres et crises régionales) et la situation dégénère jusqu’à la création officielle des deux Corées en 1948.

En juin 1950, la Corée du Nord passe à l’offensive et envahit la Corée du Sud. La Corée du Nord a le soutien de la Chine, et la Corée du Sud celui des Nations Unies qui organise des troupes dirigées par les Etats-Unis.

Il faut trois ans pour que l’armistice de Panmunjeon soit enfin signé en 1953. Armistice qui ne fût jamais transformé en traité de paix, ce qui fait que 60 ans plus tard, les deux Corées sont dans cette situation incongrue de tension guerrière qui joue aux montagnes russes (enfin, si je puis dire…), avec ses hauts et ses bas.

Difficile de mettre un nombre exact de morts (officiels et disparus) sur la tragique guerre de Corée, mais les estimations permettent d’envisager entre 2.5 et 3 millions de victimes toutes nationalités confondues (voir “En savoir plus” en bas de page).

Récapitulatif: Chronologie rapide

  • 1945: Kim Il-Sung devient le responsable du Parti Communiste de Corée du Nord.
  • 1948: Création de la République de Corée (Corée du Sud) et de la République Populaire Démocratique de Corée (Corée du Nord).
  • 1950: Début de la guerre de Corée.
  • 1953: Fin de la guerre de Corée.
  • 1994: Décès de Kim Il-Sung. Son fils, Kim Jong-Il, passe à la tête de l’état.
  • 2011: Décès de Kim Jong-Il. Au tour de son fils cadet, Kim Jong-Un, de devenir leader suprême du parti et de l’armée.

En savoir plus

– Chronologie > Corée du Nord: Soixante ans de tensions (Courrier International)
– Vidéo > Corée du Nord : Menaces et jeu de dupe (INA)
– Article > Dix choses que vous ignorez (sans doute) sur la Corée du Nord (Rue89)
– Estimation des victimes de la guerre de Corée > Korean war educator + Daniel Pipes

You may also like...

Leave a Reply

Follow on Feedly