L’auguste derrière de Louis XIV vaut bien un God Save the Queen (King en l’occurence)

[Histoire d’en rire…Histoire insolite]

Y aurait-il un rapport entre l’hymne national britannique (“God Save the Queen” ou le “King” suivant les circonstances) et l’auguste derrière de Louis XIV?

Note d’introduction: Un hymne national est le chant que par exemple les footballeurs d’une équipe nationale chantent avec un air solennel et compassé en début de match d’une compétition internationale. L’hymne national de la France est la Marseillaise.

La source fistulaire

Voilà l’histoire qui se cache derrière le fessier du souverain français. D’abord posons visuellement les personnages.

Oups! Mais j’allais presque oublier. Voici un autre personnage important de l’histoire:

Scalpel de la grande opération de Louis XIV

Bistouri fait sur-mesure pour Louis XIV par son chirurgien Félix de Tassy pour la grande opération

Après de longues souffrances, Louis XIV en 1686 se résoud à se faire opérer d’une fistule anale. Imagine, c’est comme un gros abcès aux fesses: extrêmement inconfortable et douloureux. Il doit vraiment être aux dernières extrémités pour accepter de passer sous le bistouri (le bistouri est un des instruments utilisés par les chirurgiens pour pratiquer de opérations). Au XVIIIeme, une opération c’est un peu comme une partie de poker vu l’état des connaissances médicales de l’époque. Et c’est aussi sans anesthésie.

Pour exprimer compassion et encouragement tout en rendant hommage au roi, Madame de Brinon, supérieure de la Maison Royale de Saint Louis (pensionnat pour jeunes filles mis en place par la deuxième femme de Louis XIV, Madame de Maintenon) écrivit un cantique pour Louis XIV. Il fut chanté en sa présence pour l’inauguration du pensionnat qui coïncidait avec cette période physiquement délicate pour lui.

Cela a dû réjouir Louis XIV puisque ce chant fut par la suite mit en musique par le compositeur officiel du roi, Jean-Baptiste Lully, et intégré à un Te Deum qui célèbrait le rétablissement total du monarque en 1687. Le chant devint fort populaire en France.

Mais comment atterrit-il en Grande-Bretagne? Georg Friedrich Händel, compositeur à la cour d’Angleterre d’une dynastie  fraîchement montée au trône (la famille germanique des Hanovre) et encore très contestée, aurait apprécié cette musique lors d’un passage en France et se la serait appropriée en omettant de parler de ses origines liées à la santé de Louis XIV… On le comprend bien. Comme Lully était décédé en 1687, il ne serait plus là pour contester. En Angleterre, la tension politique était forte et les partisans des deux familles se disputant le trône, les Hanovre et les Stuart, avaient de multiples occasions d’entonner des chants en l’honneur de leur candidat.

Trop de sources, pas de certitude

Il faut bien reconnaître que cette histoire n’est qu’une version possible de l’origine du God Save the Queen. Il y a plusieurs autres possibilités sans paternité de fistule anale qui bien qu’elle soit royale n’en est pas moins française… C’est embarassant à double titre. Dans le doute, les anglais se plaisent à omettre la source française. Et les français, qui ne rateraient pas cette magnifique occasion de se gausser de leurs voisins d’outre-manche, omettent les différentes sources anglaises possibles (John Bull, Henry Purcell, Henry Carey: il y a du monde au portillon). Ce qui semble irréfutable est l’apparition écrite de cette chanson dans le Thesaurus Musicus de 1744, puis dans le Gentleman’s Magazine de 1745.

En résumé

Du Grand Dieu sauve le Roi au God save the King Queen

Cliquer sur l’image pour agrandir

 Finir en musique et vidéo

En savoir plus sur la Grande Opération de Louis XIV

A partir du site de l’exposition passée Sciences et curiosités à la cour de Versailles.

Le site est fascinant. En particulier, n’oublie pas de cliquer sur l’onglet LES OEUVRES pour découvrir d’autres objets / sujets.

 

You may also like...

Leave a Reply

Follow on Feedly