Le vrai cowboy: jamais sans son cheval [Ça se passait comme ça à San Juan Bautista]

[Histoire d’en rire…Histoire insolite]

D’abord, poser le décor:

Vers les années 1860-1870 dans le tout jeune état américain de Californie. Le Plaza Hotel, un hôtel bar à deux pas de la mission de San Juan Bautista. L’hôtel a ouvert en 1859. Et ce n’est pas un trou à rats. 2.50$ la nuit: cela ne se trouvait pas sous le sabot d’un cheval à l’époque! Cette ville est une plateforme de commerce essentielle en Californie entre Los Angeles et San Francisco pour les peaux et le suif (produit dérivés du bétail bovin). C’est une version du Far West. Mais pas la ville poussiéreuse née au milieu du désert. Non, région verdoyante. Et puis, les pères franciscains ont érigé à San Juan Bautista une des missions qui égrainent la côte pacifique entre San Francisco et San Diego. Donc, un Far West relativement policé.

Maintenant, l’action dans le Plaza Hotel, narrée par Mariquita (fille du propriétaire, Angelo Zanetta):

“Nous étions les esclaves du clairon. A toute heure de la journée et de la nuit, un ‘tu-tut-tu-tut-tu-tut’ nous annonçait qu’une diligence dévalait El Camino Real dans notre direction. D’abord, je me précipitais dans le bar et priais les cavaliers de sortir leurs chevaux pour faire de la place aux hôtes qui allaient arriver. Des chevaux dans le bar? Ah, pour sûr! Les jeunes ne se gênaient pas pour chevaucher jusqu’à l’intérieur et consommer leur boisson en selle. Ils jouaient au billard à dos de cheval aussi. Après le repas du soir, nous retirions le mobilier de la salle et nous dansions. Ensuite, des lits recouvraient le sol.”

En tout cas, l’ambience était bonne, non?

J’ai glané cette information aujourd’hui en visitant les bâtiments autour de la mission San Juan Bautista avec la classe d’une de mes filles. Ce village a un côté magique, hors du temps. Comme quoi la conservation par le California State Parks a été formidablement réalisée. Végétation magnifique aussi. Faites une pause à San Juan Bautista! Vous viendrez plus probablement en voiture qu’à cheval, mais ce n’est pas grave, ça vaut quand même le coup!

You may also like...

Leave a Reply

Follow on Feedly