Mémoire: Internement des nomades pendant la Seconde Guerre mondiale

Une nouvelle exposition (un parcours mémoriel) a été inaugurée à Moisdon-la-Rivière pour qu’on n’oublie pas le sort réservé aux nomades sous l’Occupation pendant la Seconde Guerre mondiale. Le camp de la Forge ne pourra tomber dans l’oubli. D’autant plus important que, en général, les données sur la déportation des tsiganes ne sont pas très précises. D’autant plus important que de nos jours le discours ambiant sur les gens du voyage et Roms peut facilement tourner au délétère.

Souvenons-nous de…

Quoi: Internement (pouvant mener à la déportation)

Qui: Les nomades qui ont à cette époque, et ce depuis 1912, un status administratif particulier parmi les gens du voyage: ils ne sont ni marchand ambulant, ni forain. Ils sont “les autres”, ceux qui ne possèdent pas: ni status, ni nationalité. Suspects par nature en quelque sorte pour les autorités. On les appelait tsiganes, gitans, bohémiens, romanichels, manouches.

Quand: Novembre 1940 – Mai 1942

Lieu: Camp de la Forge de Moisdon-la-Rivière (Loire-Atlantique entre Nantes et Rennes)

Combien: 222 personnes internées à l’ouverture du camp; 267 personnes dont 150 enfants sont présent lors de la fermeture du camp en 1942.

 

En savoir plus

Site officiel du camp de la Forge de Moisdon-la-Rivière

Internement des gens du voyage au camp de la Forge: Parcours de mémoire (article sur CULTUREBOX)

You may also like...

Leave a Reply

Follow on Feedly